CGSP
Un 31 mai signe d’actions et de grève dans les services publics

Journée d’actions et de grève ce mardi 31 mai pour la CGSP, en front commun, y compris dans le Luxembourg, dans tous les services publics.

Les revendications :

📍 Plus de pouvoir d’achat;

📍 Non aux désinvestissements dans les services publics de la province;

📍 Intervention dans les frais de déplacement domicile-lieu de travail ;

📍 Respect du dialogue social ;

📍 Revalorisation des pensions ;

📍 Nomination du personnel.

Les transports en commun, la qualité de l’enseignement dans nos écoles, la collecte des déchets… Le service public, ça nous concerne toutes et tous, au quotidien !

Quelques clichés de nos militants, devant le service technique de la ville de Virton, les Cheminots devant la gare de Libramont et nos membres en attente d’être reçus par le Gouverneur de la province, Olivier Schmitz.

Expo sur la sécu à Libramont
C’est parti jusqu’au 3 juin

Lundi, le CEPPST a donné le coup d’envoi de l’exposition « Le droit de vivre », consacrée à l’histoire de la sécurité sociale, et installée dans les locaux de la FGTB à Libramont (rue Fonteny Maroy, 13).

Jusqu’au 3 juin, loin d’un parcours classique où l’on découvre une succession de panneaux, l’expo, par sa forme et sa structure, invite au voyage dans les origines de la sécu.

Parler et sensibiliser à la sécu permet de montrer toute la pertinence du système, fruit de combats collectifs et véritable patrimoine. La crise sanitaire que nous venons de traverser nous l’a encore rappelé.

L’expo nous concerne tous directement, surtout aujourd’hui, avec la pandémie, qui nous a permis de nous rendre compte que nous faisons partie des privilégiés qui bénéficient du filet protecteur de la sécu et qui n’a jamais été aussi nécessaire que maintenant.

Lundi, quatre temps forts sur la journée :

📌 la visite de deux groupes à la découverte de la sécu au sein même de l’expo ;

📌 la participation à un jeu sur la thématique animé par les Femmes Prévoyantes Socialistes de la province ;

📌 les commentaires d’Harald Franssen, dessinateur et créateur de l’expo ;

📌 et en soirée, une conférence sur la sécu avec pour invités Selena Carbonero (Secrétaire fédérale de la FGTB) et François Perl (Directeur du pôle acteur social et citoyen de Solidaris).

A noter que l’entrée à l’expo est gratuite.

Renseignements et réservations pour des visites de groupes au 063/219 183.

Action ce 13 mai à Arlon
La FGTB revendique

Ce vendredi matin était synonyme d’action pour le front commun FGTB-CSC dans tout le pays, notamment à Arlon, chez nous, en province de Luxembourg.

Le tout en deux temps.

🔴 Tôt le matin, une délégation des deux syndicats a rencontré tour à tour trois députés fédéraux du Luxembourg. A savoir Mélissa Hanus (PS), Olivier Vajda (Ecolo) et Josy Arens (Les Engagés). Benoît Piedboeuf (MR) n’a pas souhaité participer. Au-delà d’une discussion autour de nos revendications, l’objectif était de leur faire signer un engagement politique par rapport à la réforme de la loi de ‘96. Seul le Député vert l’a signé dans son entièreté.

🔴 Deuxième rendez-vous, cette fois devant l’hôtel de ville d’Arlon, en mettant en scène la question du pouvoir d’achat et les difficultés croissantes rencontrées par les travailleurs/citoyens autour de 3 thèmes : mobilité (devra-t-on bientôt aller travailler en charrette ?), l’énergie (devra-t-on bientôt s’éclairer à la bougie ?) et l’alimentation (devra-t-on bientôt se nourrir grâce à la distribution de soupes populaires ?).La vie est chère, il faut de meilleurs salaires !

Voilà le slogan répété à l’envi ce vendredi par les militants rouges et verts.

Ferrero: communiqué de presse du Setca et d’Horval

Nous avons rencontré, ce lundi 2 mai, les RH afin de faire le point sur la situation que nous vivons actuellement.Cette semaine il y aura un retour important de travailleurs.

L’accord de l’AFSCA , suite au plan de nettoyage que Ferrero a proposé,  est attendu pour mercredi 4 mai. Ce seront des milliers de pièces qui devront être démontées, lavées, aseptisées puis remontées. Pour cela, environ 500 travailleurs (employés et ouvriers) seront présents cette semaine. Une centaine d’ouvriers supplémentaires seront appelés cette semaine pour reprendre le travail dans les jours à venir.  Les gens qui ne seraient pas appelés (environ 150 personnes) toucheront leur salaire complet jusqu’au 31 mai. Les CDI sont prioritaires pour être appelés.

Des travailleurs d’autres usines Ferrero viendront donner un coup de main ainsi que 200 personnes de 3 sociétés externes pour soutenir notre service technique qui va démonter les installations.

Le but est de tout nettoyer pour début juillet afin d’entamer la haute saison comme c’était prévu initialement donc les saisonniers seront appelés en juin comme d’habitude.

Le système FOOD SAFETY va être revu afin d’encore augmenter la performance de l’hygiène et la sécurité alimentaire dans toute l’usine.

Les analyses faites en semaine par le laboratoire seront réalisées en externe les WE.

Six personnes externes, des coordinateurs sécurité, géreront la sécurité des différentes zones de travail. Leur rôle sera d’éviter tout accident. 3 consultants seront également engagés afin de soutenir les coordinateurs et les travailleurs .

Il est important de faire les choses correctement et donc de prendre son temps sans précipitation.

Pour pouvoir nettoyer au mieux les lignes et les pièces démontées, la direction demande une nouvelle convention afin de faire travailler les gens le WE sur une base volontaire. Une meilleure rémunération est prévue pour ces personnes afin de les remercier de leur implication. Ce serait un régime spécial WE en 2 X 12 heures qui permettrait de faire travailler tous les ouvriers et même d’embaucher déjà des saisonniers. Cette nouvelle convention resterait ensuite active pour les personnes en WE après le redémarrage de l’usine.

L’ensemble des délégués syndicaux demandent d’étudier plus en profondeur cette nouvelle convention avant de la signer.

Prochaine réunion prévue le 10 mai.

                       

La FGTB Luxembourg aux côtés de l’OGBL

Le non de l’OGBL aux revendications du patronat et du Gouvernement du Grand-Duché de Luxembourg lors de la tripartite était juste, logique et nécessaire. Une autre décision, qu’il s’agisse d’un accord ou d’une abstention, aurait été contraire à la défense syndicale des intérêts du salariat au Luxembourg.

Nous étions aux côtés de nos voisins, dimanche, pour leur manifestation dans les rues de leur capitale.

Le syndicat n’a pas de frontières!

CEPPST
“En luttes” en terres liégeoises

Une veille de premier mai bien remplie pour une petite trentaine de fidèles de notre CEPPST et du Centre d’Action Laïque, samedi dernier. Au programme, un déplacement en terres liégeoises.

Plus particulièrement à Herstal, en matinée, avec un accueil sur le site de l’ancienne usine des Ateliers de construction électrique de Charleroi (Acec), par Adrien Thomas, historien et écrivain, spécialisé par l’histoire sociale locale.

Rendez-vous ensuite au Musée de la Ville d’Herstal, spécialisée dans l’histoire économique de la région.

Pour suivre avec une balade dans les rues adjacentes, à la découverte de lieux ayant été marqués par l’histoire sociale. Une balade guidée par Hubert Hedebouw, le papa du Président du PTB pour l’anecdote.

L’après-midi, direction le centre de Liège, avec l’exposition “En Lutte” organisée par la Cité Miroir. A la découverte de l’histoire sociale belge.

A noter qu’à Herstal, notre groupe a eu la surprise de croiser la route du Ministre Daerden, par ailleurs bourgmestre de la commune, venu déposer une gerbe devant le monument dédié aux travailleurs morts pour défendre leurs droits dans l’entreprise des ACEC.

Une journée riche en informations et qui incite à ne jamais baisser les bras face aux diverses injustices.

Inauguration de nos nouveaux bâtiments à Marche

A l’occasion du premier mai, Fête des Travailleurs, nous avons marqué le coup.

Pourquoi ne pas nous réunir, passer du bon temps ensemble, rappeler nos revendications, recharger les batteries avant les prochains rendez-vous sur le terrain? C’est justement ce que nous avons fait, en inaugurant notre nouveau bâtiment, à Marche-en-Famenne (rue du Parc Industriel, 17).

Notre bâtiment? C’est avant tout le vôtre. Tous les jours de la semaine, notre équipe vous accueille, que ce soit toutes nos Centrales, notre service chômage, d’accompagnement social, mais aussi notre ASBL d’éducation permanente, le CEPPST.

Autorité communale (le bourgmestre André Bouchat, le président du CPAS Gaëtan Salpéteur et Gauthier Wéry, chef de groupe PS), le Député-Sénateur PS Philippe Courard, le vice-Président des JS Tanguy Delporte, les patrons de la Mutualité Socialiste du Luxembourg Jacques Devillers et Jacques Gennen, mais aussi les responsables des différentes Centrales et de l’OGBL étaient présents. De même que Jean-François Tamellini, Secrétaire général de la FGTB wallonne, et Thierry Bodson, Président de la FGTB avaient fait le déplacement pour l’occasion.

CEPPST
Nouveau succès pour Livres en débat

Ce samedi 23 avril, notre CEPPST, en collaboration avec la librairie Livre’S de Marche-en-Famenne, organisait une nouvelle rencontre “Livres en débat”, cette fois au “Tiroir des Saveurs”, à la Maison de la Culture.

Au programme, deux livres en guise de découverte.

A commencer par “Etre avec eux; Petit journal d’une hébergeuse de migrants”, de Bernadette Mouvet.

Et l’ouvrage “Le petit berger ou l’intégration perpétuelle”, de Ada A.

Le public a pu rencontrer les différents auteurs et leur poser des questions sur leurs ouvrages.

Actions du 22 avril
Nous étions sur le tarmac

🔴 Une réduction définitive de la TVA à 6% pour l’électricité et le gaz naturel;

🔴 Un élargissement du groupe cible pour le tarif social;

🔴 L’introduction d’un système de cliquet inversé sur les prix de l’énergie et des carburants afin qu’ils soient corrigés;

🔴 L’égalité salariale entre les hommes et les femmes;

🔴 La réforme de la loi sur la norme salariale, afin que des négociations libres aient lieu et que les salaires puissent réellement augmenter;

🔴 Le maintien de l’indexation automatique des salaires.

C’est pour toutes ces revendications que nous étions sur le terrain ce vendredi. Les prix de l’énergie et des carburants, l’addition au supermarché… tout augmente ou devient même impayable.

La FGTB a lancé la campagne « De l’air pour les salaires » dans le but d’augmenter le pouvoir d’achat? Aujourd’hui, nous avons enfoncé une nouvelle fois le clou et exigé des mesures structurelles qui aideront les familles.

Nos équipes étaient sur le tarmac. Cinquante Luxembourgeois sont montés à Namur pour participer à la manifestation organisées par les camarades de la capitale wallonne.

Diverses actions se sont également tenues dans la province, surtout des barrages filtrants et piquets à l’entrée de certaines entreprises comme Burgo (Virton), Trico (Aubange), L’Oréal (Libramont), Unilin (Vielsalm), Eurolocks (Bastogne). Il y a eu des grévistes dans beaucoup d’autres entreprises (John Cockerill, L’Oréal, Mima, Jindal…).

Le Setca s’est rendu à Libramont pour distribuer des tracts à l’entrée du Delhaize et de l’Aldi. Merci et bravo à toutes et tous pour votre implication!

Stage d’insertion professionnelle
4 séances d’info

Tu as fini l’école et la vie active va débuter.

Tu es inscrit au Forem comme demandeur d’emploi, donc ton stage d’insertion professionnelle a déjà démarré.

Tu as des questions ? Quatre séances d’information sont données pour expliquer les conditions à remplir pour ouvrir ton droit aux allocations de chômage, données par le CEPAG, en collaboration avec le Forem et l’ASBL Réso.  

Celles-ci sont organisées :

  • Le mardi 26 avril, de 9h30 à 11h30, au Forem de Marche (rue Victor Libert, 1);
  • Le mardi 26 avril, de 14 à 16h, au Forem d’Arlon (rue de Diekirch, 38) ;
  • Le jeudi 28 avril, à 13h30, au Forem de Bastogne (rue des Jardins, 58) ;
  • Le lundi 2 mai, à 13h30, au Forem de Libramont (Grand’Rue, 37).

La participation est entièrement gratuite.

N’hésite pas à nous rejoindre !

Crise chez Ferrero
L’avis de notre délégation syndicale

Chers Camarades,

L’entreprise connaît actuellement une situation pour le moins compliquée avec la récente fermeture de l’ensemble des lignes de production. Vous avez probablement tous pu obtenir des informations via les médias ou en prenant connaissance du communiqué de presse que Ferrero vous a fait parvenir par email. Nous souhaitons, via ce mail, vous faire part de la situation selon notre point de vue.

Tout d’abord, tout comme vous, nous avons encore beaucoup de questions sans réponse. Vu le caractère exceptionnel de la situation, il est logique que Ferrero ne sache pas encore répondre à tout mais sachez que nous sommes en contact permanent avec la direction et que nous mettons la pression pour que la situation des travailleurs soit éclaircie au plus vite. Nous avons encore eu une entrevue avec la direction ce samedi matin et nous resterons en contact avec eux quotidiennement.

Concrètement, nous avons quelques informations complémentaires pour les semaines à venir. Depuis vendredi soir, l’ensemble des lignes de production sont arrêtées et rien ne peut sortir de l’entreprise suite à la décision de l’AFSCA. Pour la semaine prochaine, cela n’a en principe pas d’impact puisque c’est la semaine de fermeture. Pour la semaine suivante (du 19 avril), du chômage temporaire supplémentaire est déjà prévu. Si les lignes ne tourneront pas, le nettoyage des lignes pourra tout de même s’opérer selon des modalités que nous ne connaissons pas encore. De même, nous ne savons pas à l’heure actuelle combien de temps cette fermeture devra être maintenue. Cela dépendra grandement de l’enquête de l’AFSCA qui est en cours. Nous suivons ce dossier au plus près et ferons le nécessaire pour que vous, ouvriers, ne pâtissiez pas d’une situation pour laquelle vous n’êtes pas responsables. La défense de vos intérêts et de vos droits fait partie de notre ADN et nous ferons le maximum à ce propos. Pour le surplus, et pour vous rassurer, la survie de l’usine d’Arlon n’est pas du tout en péril. Ces prochaines semaines/prochains mois seront plus compliqués mais l’activité se maintiendra.

Nous sommes à votre disposition pour répondre à vos questions sur cette crise.

N’hésitez pas à nous contacter.

Notre devise, ensemble on est plus forts sera particulièrement d’actualité ces prochaines semaines et devra nous guider dans nos actions.

Votre équipe de délégués FGTB Horval

CGSP Admi
A Paris pour manifester

La FGTB Luxembourg dans la Capitale française!

Hier jeudi, une délégation de notre CGSP Admi, particulièrement de Vivalia, est montée à Paris pour participer à la grande manifestation organisée dans le cadre de la Journée mondiale de la santé, journée de lutte contre sa marchandisation.

Délégation emmenée par notre permanent Richard Willot.

L’objectif des participants était de défendre le service public, les biens communs, contre les intérêts privés, pour l’accès aux soins de toutes et tous, sans barrières financières ni géographiques

Centrale Générale: de la mousse pour les titres-services

Et vlan, deux façades de Bastogne totalement recouvertes de mousse. Celles de Trixxo et de Glax, deux entreprises de titres-services. Une opération qui n’est pas passée inaperçue.

Ce jeudi matin, notre Centrale Générale FGTB Namur-Luxembourg a mené une action syndicale dans la Nut’s City. L’objectif : sensibiliser aux conditions de travail des travailleurs en titres-services, qui réclament depuis des mois de meilleurs salaires et indemnités de déplacement vu le coût exorbitant des carburants. Des revendications légitimes dans un tel contexte, malgré le silence des employeurs qui ne veulent rien entendre.

Pourtant, la combinaison de bas salaires, de frais de déplacement élevés et de conditions de travail compliquées fait du métier de ces travailleurs, en grande majorité des femmes, l’un des plus précaires. Dans le système des titres-services, les travailleurs paient eux-mêmes la plupart de leurs tickets de transport et de stationnement. L’indemnité de 0,13 cents/km qu’ils reçoivent ne couvre pas ces coûts. A la fin de l’année dernière, c’est 10% de leur salaire qui est passé en frais de déplacement pour aller travailler. Avec la hausse des prix du carburant, ce moment est malheureusement encore plus élevé aujourd’hui : c’est près de 200 euros !

Un grand nettoyage du secteur est donc nécessaire et en cours. A Bastogne, c’était ce matin.

Congrès statutaire du Setca à Libramont

Le vendredi premier avril, premier congrès statutaire de l’histoire du Setca Luxembourg.

Un Setca Luxembourg en pleine croissance, avec ses 7.834 affiliés en 2020 pour 7.495 en 2019.

Ce congrès a permis de présenter l’équipe toute entière, les résultats des dernières élections sociales sur la province, le rapport du Commissaire aux comptes (en l’occurrence Olivier Orianne), mais aussi de faire le point sur l’actualité politique du moment par Myriam Delmée, Présidente du Setca, et sur l’avenir de la régionale par la Secrétaire régionale, Françoise Malherbe.

Au niveau de la reconduction des instances, toutes les candidatures ont été retenues à l’unanimité des votants.

A savoir :

🔴 Magali Dogné, Présidente du Comité exécutif;

🔴 Olivier Orianne, Président du Comité non-marchand;

🔴 Vincent Lemmens, Président du Comité commerce;

🔴 Benoît Martens, Président du Comité industrie;

🔴 Françoise Malherbe, Secrétaire régionale, permanente commerce, industrie, enseignement et CPAE;

🔴 Pascale Pluymen, Secrétaire permanente non-marchand et enseignement.

Bravo pour cette première du Setca Luxembourg!

Etat d’urgence
La FGTB organise la mobilisation avant l’été

Le Comité fédéral de la FGTB s’est réuni ce 29 mars et a une fois de plus pris la mesure de l’urgence sociale. Une urgence qui prend les travailleuses et travailleurs à la gorge depuis plusieurs semaines.

Les témoignages se succèdent pour décrire les privations dont ils doivent faire preuve. La période Covid et le chômage temporaire ont fait place à l’augmentation générale des prix… Le monde du travail souffre.

Les réponses du gouvernement sont insuffisantes et « à côté de la plaque ».

Nous rappelons que ce même gouvernement a jugé utile de prendre, dans l’urgence et à la demande des employeurs, des mesures de flexibilité pour répondre à l’absentéisme dû à la vague de contamination du virus.

Ces mesures, comme nous l’avions prévu, se sont avérées tout à fait inutiles.

En effet, il apparaît que très peu de prépensionnés (quelques dizaines seulement), sur l’ensemble du pays, ont été rappelés en entreprise pour faire face à cette soi-disant « urgence inédite ».

Aujourd’hui, la FGTB entend et relaie les peurs réelles de sa base. Et demande des mesures d’urgence.

Des mesures utiles qui soutiennent le pouvoir d’achat de manière structurelle.

Des mesures à la hauteur des besoins car si rien n’est fait pour soulager la facture énergétique et les frais de déplacement, ce sera une hécatombe sociale!

Ces mesures doivent être prises sans aucune contrepartie en termes de flexibilité ou autre…

La FGTB  organise un comité fédéral le 26 avril pour évaluer la situation après les manifestations régionales du 22 avril et décider du calendrier d’actions avant la manifestation du 20 juin. La manifestation nationale en front commun du 20 juin sera également suivie d’un comité fédéral.

Nos militants chez Pierre-Yves Dermagne à Rochefort

Hier matin, les militants de la FGTB se sont donnés rendez-vous à Rochefort, dans la ville de Pierre-Yves Dermagne, Ministre fédéral de l’emploi.

Leur message : « Nous rejetons le #dealpourlemploi du Gouvernement. Ce deal bénéficie aux employeurs, alors que les travailleuses et travailleurs sont une nouvelle fois les grands oubliés. »

En effet, le Gouvernement a conclu un « deal pour l’emploi », sans la moindre concertation avec les syndicats. Il parle d’une grande avancée pour les travailleurs, alors qu’il s’agit d’une enveloppe (presque) vide pour ces derniers. Elle met la journée des 8h sous pression et n’agit en rien sur la loi de 96 sur la norme salariale. Au regard de l’évolution des prix de l’énergie, leur priorité ne devrait-elle pas être l’amélioration des salaires ? Il est temps de leur faire entendre raison !

Plus d’info sur ce « deal pour l’emploi » : https://www.accg.be/…/20220314-deal-pour-l-emploi-quel

De nombreux Luxembourgeois de notre Centrale Générale et de notre Centrale Horval avaient fait le déplacement. Issus des Nutons de Marche, de Burgo à Virton, de la Lorraine à Arlon, des titres-services, de Ferrero Arlon, d’Ardenne Volaille…

Merci à toutes et tous!

CEPPST
Soirée réussie au cinéma à Virton

Hier soir, notre CEPPST, Centre d’éducation permanente, organisait une séance de cinéma dans le cadre de la Journée internationale des femmes.

Le rendez-vous était fixé à Virton, au Cinéma Patria, avec une séance du film « Debout les femmes », du Député français François Ruffin et du réalisateur Gilles Perret. Une avant-première en province de Luxembourg.

L’histoire ? Le Député « En Marche ! » Bruno Bonnell et l’insoumis François Ruffin partent pour le premier « road-movie parlementaire », à la rencontre des femmes qui s’occupent d’enfants, de malades, de personnes âgées. Ensemble, avec ces invisibles du soin et du lien, ils vont traverser confinement et couvre-feu, partager rires et larmes, colère et espoir. Ils vont se bagarrer, des plateaux télés à la tribune de l’Hémicycle, pour que ces travailleuses soient enfin reconnues, dans leur statut, dans leurs revenus. Et s’il le faut, ils réinventeront l’Assemblée.

Un débat était organisé après le long métrage. Près de quarante personnes l’ont enrichi par leurs réflexions, leurs ressentis par rapport au film et à la réalité de travailleuses souvent éloignées des radars économiques.

Journée de lutte pour les droits des femmes
Ferrero sur le terrain

Notre équipe de Ferrero, à Arlon, a participé, ce mardi, à la Journée internationale de lutte pour les droits des femmes, en distribuant, à l’entrée de l’entreprise, des roses aux travailleuses.

Pourquoi cette journée, organisée par notre FGTB? Parce qu’il existe encore des situations anormales dans le monde du travail de notre pays.

🔴 Les femmes gagnent 22,7% de moins que les hommes.

🔴 43% des femmes travaillent à temps partiel, ce qui n’est pas toujours un choix délibéré.

🔴 Les femmes assument beaucoup plus les tâches ménagères.

🔴 Les femmes se retrouvent avec une pension moyenne de 1.077 euros brut/mois.

🔴 Les femmes en âge d’avoir des enfants voient diminuer leurs chances d’être embauchées ou promues.

🔴 Les femmes subissent encore tous les jours la violence, le sexisme, le harcèlement sexuel, à la maison, dans la rue, au travail…

Ceci n’est pas normal!

Energie
Comment bénéficier du tarif social

Les prix de l’énergie s’envolent depuis quelques mois et la fin n’est pas encore en vue.

Le tarif social est une mesure destinée à aider certains ménages à payer leurs factures.

Pour les bénéficiaires classiques, celui-ci est appliqué de manière automatique.

Mais d’autres catégories de personnes peuvent désormais y prétendre car les conditions d’obtention du tarif social ont été élargies.

Vérifiez si vous remplissez les conditions ici : bit.ly/3vB26wS

CGSP Admi
Communiqué de presse Neufchâteau

Neufchâteau – Un Pré pas si Fleuri

Les organisations syndicales du secteur public se sont réjouies, il y a quelques semaines, d’apprendre par l’entremise des colonnes de presse, que la Résidence Pré Fleuri de Neufchâteau a enfin obtenu, grâce à une intervention politique, l’agrément nécessaire de 11 lits supplémentaires et la requalification de 19 d’entre eux en lits MRS.  Cela permettra, nous n’en doutons pas, par l’entremise des subventions de la Région Wallonne, de faciliter la gestion financière de l’institution.

Toutefois, les trois organisations syndicales du secteur public sont plus qu’inquiètes de la situation au sein de la maison de repos. 

Depuis des mois, elles dénoncent la charge de travail et la pression que subissent les agents.   Pire, elles supplient le bureau exécutif d’accepter de geler pour un temps les entrées de nouveaux résidents.   En effet, en pleine crise Covid, le personnel est lourdement touché.   Les maladies, quarantaines et écartements réduisent à peau de chagrin les forces vives.   Il est de plus en plus difficile de faire face au travail journalier et d’assurer à tous les résidents les services et soins qu’ils sont en droit de recevoir.  Les heures supplémentaires s’accumulent, les seuils de fatigue sont dépassés et le personnel est sur le point de craquer.  D’ailleurs les démissions tombent.  

Une nouvelle entrée signifie une attention particulière pour le nouveau venu, tant au niveau de son suivi de santé, que son acclimatation et son bien-être psychologique.   Les équipes sont désespérées.   Elles peinent à assurer le quotidien, craignent pour la qualité des services qu’elles procurent aux résidents et admettent ne pas pouvoir assurer les arrivées comme il le faudrait.   Pour exemple, il arrive que, le week-end, ce soit le personnel de cuisine qui se charge d’accompagner la prise des repas dans une aile dépourvue des soignants.  Au mieux, on tourne à un soignant pour 24 résidents et des étudiants (non diplômés) prennent en main des services entiers, seuls, sans encadrement.   Inutile de préciser que ces pratiques sont totalement illégales.  C’est un énorme risque pour la sécurité et le maintien de la bientraitance de nos aînés.

Pourtant la CSC Services publics, le SLF-ALR et la CGSP-Admi, sonnent l’alarme depuis de nombreux mois.   A chaque réunion et par courriels interposés, ils tentent d’expliquer aux décideurs de l’institution les difficultés du terrain.   Pour un service de qualité, on ne peut jouer que sur deux variables : plus de membres du personnel, ce qui vu la pénurie dans le secteur et dans la province est compliqué, ou moins de résidents en ne remplaçant pas les départs, au moins jusqu’à ce que les équipes soient de nouveau au complet et que chacun ait pu récupérer.

Malheureusement, l’Autorité semble faire la sourde oreille aux demandes syndicales.  Et celles-ci ne se limitent pas là.   En effet, bon nombre de manquements à la législation du secteur sont à déplorer :

  • Depuis 2005, tout membre du personnel, quelle que soit sa fonction, au sein d’un établissement de soins, doit être recruté en tant qu’employé.  Cela a une répercussion sur la durée du salaire garanti en cas de maladie ;
  • Le travail doit être planifié, comme au CPAS de Neufchâteau puisque la Résidence Pré Fleuri applique le statut du personnel de celui-ci, en 5 jours par semaine et non 6 ;
  • Le personnel soignant, jusqu’au grade d’infirmière chef inclus, doit recevoir une prime mensuelle, financée par la Région Wallonne, pour son travail en heures inconfortables (nuit, we, jour férié).   Ceci est d’ailleurs prévu au statut de l’institution mais n’est pas appliqué pour certaines fonctions alors que la subvention est perçue ;
  • Le personnel est de garde à domicile et appelé à revenir travailler en cas d’absence d’un collègue sans aucune compensation financière ;
  • Les horaires sont régulièrement modifiés avant même toute concertation sociale comme le prévoit le statut syndical et modifiés en dernière minute sans aucune compensation telle que le prévoit la Loi ;
  • Les jours fériés travaillés ne sont pas récupérés et payés comme ils devraient l’être au regard de la législation en la matière ;
  • L’ambiance est délétère.   Les organisations syndicales demandent, comme le prévoit la législation, la réalisation d’une analyse des risques de la charge psychosociale via le service externe de prévention et protection au travail.   L’Autorité n’accède pas à la demande préférant opter pour un audit payant, réalisé par une firme externe privée sur lequel les organisations syndicales n’ont aucune visibilité en amont et qui n’est soutenu par aucune législation du Code du Bien-être au Travail
  • Les examens de recrutement semblent biaisés.   De lourdes accusations de tricherie ont été portées à la connaissance des permanents syndicaux.  

Dans un élan d’optimisme, les responsables représentant les travailleurs ont sollicité une réunion d’urgence avec les membres du Burex (Jean-Louis Borceux (Président), Myriam Poncelet et Martine Collard), à huis clos, sans aucun membre du personnel.   Cette réunion a eu lieu de 7 février.   Les revendications syndicales et la menace de dépôt d’un préavis de grève ont été entendus et le Président se faisait fort de relayer ceux-ci au Conseil d’Administration lors de sa séance du 18 février.   La réunion s’est terminée par une promesse de l’Autorité d’un retour rapide et de prise de décisions.

Seul hic, lors de ce Conseil, la Présidence a changé de main et à ce jour, malgré le fait d’avoir de nouveau sollicité le nouveau Président (Olivier Rigaux) aucune information, aucune réponse, aucun accusé de réception, n’est parvenu aux permanents.   C’est un manque de respect flagrant du dialogue social et des travailleurs.   Pendant que les politiques chestrolais, dans leur bataille pour le pouvoir, jouent aux chaises musicales, le personnel s’épuise et ce sont les résidents qui risquent de payer la note.

Sans réaction rapide et sans acceptation de l’ensemble des revendications, un préavis de grève sera déposé, en front commun, dans les prochains jours.