Mémorandum de la FGTB "Ensemble, pour la justice sociale"


À l’occasion de la journée internationale de la justice sociale de ce 20 février, la FGTB a présenté son mémorandum. Face à l’augmentation de la précarité, de la pauvreté et des inégalités, la FGTB avance une série de projets et de propositions concrètes et novatrices. Pour le Président de la FGTB, Robert Vertenueil, « Il est grand temps de rompre avec les vieilles recettes et de changer radicalement de cap. Les urgences sociales et climatiques auxquelles nous sommes confrontés obligent les partis à prendre des mesures engagées. »

Ce mémorandum indique ce que la FGTB attend comme future politique, en particulier au niveau fédéral, mais également au niveau européen. Parce qu’aujourd’hui plus que jamais l’Europe doit être plus sociale et démocratique.

La FGTB a identifié 5 domaines prioritaires d’actions.

Pour un pouvoir d’achat retrouvé

Actuellement, 15,9% des citoyens sont en situation ou en risque accru de pauvreté. Nombre de travailleurs peinent à boucler leurs fins de mois. Les pensionnés, eux, vivent en moyenne avec une pension située en dessous du seuil de pauvreté, tandis que de nombreux jeunes souffrent de décisions passées et ne savent tout simplement pas démarrer dans la vie. En outre, 90% des allocations sociales minimales versées par l’Etat sont inférieures au seuil de pauvreté. Ces situations de misère doivent immédiatement cesser.

La FGTB exige que le prochain Gouvernement adopte une grande réforme sociale qui veille à garantir des revenus décents et une situation digne à l’ensemble des citoyens tout au long de leur vie. Qu’ils soient jeunes ou vieux, actifs ou non-actif, nationaux ou étrangers, chaque citoyen devrait se voir garantir le droit à un revenu décent.

Pour ce faire, la FGTB propose une réforme sociale composée de 6 priorités : • Une révision de la loi de ‘96 telle que modifiée par le Gouvernement MR/N-VA • Le rehaussement du salaire minimum à 14€/h soit 2.300€/mois • Le relèvement de la pension minimum à 1.500€ net • Le maintien de l’index et de la barémisation permettant de garantir une évolution positive et juste des salaires tout au long de la carrière d’un travailleur • Un salaire décent pour les jeunes leur permettant de démarrer dans la vie • Des services publics renforcés, abordables et de qualité, les services publics étant le premier pouvoir d’achat des travailleurs et des citoyens. Pour un « social shift »

La FGTB plaide pour l’instauration d’un social shift. Ce virage fiscal socialement juste devra déplacer la charge de l’impôt sur les épaules les plus solides, contrairement à ce qui a été fait avec le tax shift mis en place par le gouvernement Michel. Le tax shift a favorisé les plus nantis en accordant une importante réduction de cotisations patronales, laquelle a été payée par l’augmentation des taxes sur la consommation. Les allocataires sociaux et les bas revenus ont été totalement oubliés du système. Pire, le tax shift aura été synonyme pour eux d’une perte conséquente du pouvoir d’achat.

Pour ce faire, la FGTB plaide pour l’instauration d’un social shift comprenant 5 mesures fiscales fortes : • La globalisation de l’impôt • Un glissement vers l’impôt sur les fortunes et sur le capital • Un impôt des personnes physiques plus progressif et global • Un moratoire sur l’octroi de nouveaux avantages en nature • L’introduction d’une cotisation sociale généralisée au profit de la

Sécurité sociale renouvelée

Les mailles du filet de protection que constitue la sécurité sociale doivent être resserrées. Aujourd’hui, trop de gens sont laissés sur le bord de la route. Pour ce faire, la FGTB plaide pour l’élargissement de la couverture de la sécurité sociale. À cet égard, il est prioritaire que la sécurité sociale de demain prévoie une hausse des allocations sociales minimales pour qu’elles soient de 10% au-dessus du seuil de pauvreté. En matière de pension, la FGTB plaide pour le retour de l’âge légal de la pension à 65 ans.

Enfin, la FGTB souhaite que la sécurité sociale demeure fédérale et que son financement soit renforcé et garanti.

Des quali’jobs et une économie durable

La création d’emplois, c’est une bonne chose… La création d’emplois de qualité c’est encore mieux. Pour la FGTB, le prochain Gouvernement devra veiller à créer les conditions favorables pour la création d’emplois de qualité. En outre, la FGTB plaide pour l’instauration d’un cadre législatif permettant, en fonction des réalités sectorielles, de négocier la mise en place d’une réduction collective du temps de travail. Des emplois de qualité, cela signifie également de permettre aux travailleurs âgés de terminer leurs carrières en douceur. Cela passera, entre autres, par un droit aux emplois de fin de carrière accessibles dès 55 ans.

La FGTB invite également le prochain gouvernement à rompre avec la politique de contraction des dépenses aveugle. Au contraire, la FGTB souhaite une politique d’investissements solide axée sur une transition juste vers une économie bas carbone, des investissements sociaux et des services publics forts.

Une démocratie sociale renforcée

Les représentants du monde patronal et des partis de droite ont fait des libertés syndicales et de l’exercice du droit de grève une de leurs cibles favorites. La FGTB ne peut accepter que ces droits fondamentaux soient remis en cause. Au travers de son mémorandum, la FGTB plaide donc pour un renforcement de la concertation sociale et des libertés syndicales. Elle invite le prochain gouvernement à lutter contre le déficit démocratique qui existe dans nos entreprises en assurant la représentation des travailleurs dans les PME ou dans des zonings. L’acquisition de nouveaux droits pour l’ensemble des travailleuses et travailleurs et le progrès social pour l’ensemble des citoyens doivent être la priorité d’action pour les partis politiques qui composeront le prochain gouvernement fédéral.