La FGTB, indignée, vent debout contre la politique rétrograde du gouvernement et l’attitude des employeurs


Ce matin, le Bureau fédéral de la FGTB s’est réuni aujourd’hui et a procédé à une analyse du récent Accord d’été du gouvernement Michel.

Les mesures qui y sont annoncées constituent une étape supplémentaire dans le démantèlement de nos acquis sociaux et de nos systèmes de protection social :
- Attaque contre le pouvoir d’achat des travailleurs – notamment en remettant en question les accords collectifs concernant le système de barémisation qui lie l’évolution des salaires à l’expérience ;
- Attaque contre les allocations sociales – notamment en accélérant la diminution des allocations de chômage, en imposant des travaux de service communautaire (sans rémunération), en diminuant l’enveloppe pour l’adaptation au bien-être des allocations ;
- Attaque contre un cadre permettant aux travailleurs une fin de carrière décente – notamment en relevant l’âge minimal d’accès aux emplois de fin de carrière et aux RCC (l’ancienne prépension), ce pour les travailleurs victimes d’une restructuration ou d’une fermeture d’entreprise.

Une fois de plus, le gouvernement fait preuve d’un mépris total à l’égard de la concertation sociale, alors que les négociations collectives apportent davantage de prospérité pour tous.

Le Bureau fédéral de la FGTB appelle dès lors tous ses militants, ses affiliés, et tous les travailleurs à une présence massive à la journée d’action, organisée le 2 octobre prochain en front commun syndical par les 3 syndicats. Cette journée d’action en faveur d’une pension décente prise à un âge raisonnable prendra la forme de manifestations diverses et d’actions de sensibilisation au niveau régional.

La FGTB compte également interpeller directement les employeurs. Dans les semaines à venir, des délégations FGTB de divers secteurs rendront visite aux responsables des fédérations patronales dans le but de leur dire clairement qu’il grand temps de donner ses chances à la concertation sociale, entre autres par rapport aux pensions des travailleurs ayant exercé un métier pénible.

Dans les jours à venir et après concertation avec les autres syndicats, un plan d’action d’envergure sera soumis à nos militants qui doit conduire à un changement de cap radical de la politique gouvernementale et du comportement des employeurs.

A cet égard, la FGTB exige :

- Un régime de pension équitable pour les travailleurs avec un métier pénible, pour qu’ils puissent partir plus tôt à la pension sans perte de pension ;
- Une marge pour de réelles augmentations salariales (entre autres un relèvement des salaires minimums) sans toucher aux augmentations barémiques ;
- Le lien des allocations sociales à l’évolution du bien-être, d’augmenter sensiblement tous les minima et de les porter au-dessus du seuil de pauvreté, tout en soulignant qu’il ne peut être question d’une diminution des allocations de chômage ;
- Davantage de stabilité d’emploi et de sécurité juridique pour tous les travailleurs, tout en respectant le statut des agents de la fonction publique.

Robert Vertenueil, Président de la FGTB Miranda Ulens, Secrétaire générale de la FGTB