Action devant chez Carrefour Marche


Samedi, en Belgique et en France, les travailleuses et travailleurs de Carrefour se sont croisés les bras pour montrer que sans leur travail, les dividendes plantureux dont se gavent les actionnaires vaudront autant que les pièces en chocolat garnissant les sachets distribués par les cloches et les lapins. Depuis des semaines, les négociations patinent avec une direction qui joue avec les employé(e)s qui attendent dans l’anxiété de savoir de quoi demain sera fait. Cette grève d’avertissement était une première réaction à l’absence de réponse et de perspectives concernant les 1.233 emplois annoncés comme excédentaires. Au lieu d’apporter des réponses, la direction multiplie les provocations et les manoeuvres d’intimidation envers les employé(e)s de Carrefour et leurs représentants syndicaux. Le Setca Luxembourg a participé à cet élan, en bloquant les portes d’entrée du Carrefour de Marche toute la journée de samedi. Le combat continue !