L’équipe de Fédéral Mogul


Etre délégué c’est un investissement personnel, un travail de tous les jours dans l’intérêt des collègues et camarades d’une entreprise. Cela mène à de belles victoires, parfois aussi à des combats difficiles face à des situations inacceptables.

Ce mois, nous avons donné la parole à l’équipe de délégués Métallos (MWB) de Fédéral Mogul à Aubange. Nous avons rencontré une partie de l’équipe syndicale dont Serge, Jacky, Mario et Stéphane. Vous retrouverez aussi, après l’interview, quelques mots de Serge Carême, Secrétaire MWB FGTB Liège Luxembourg.

Bonjour Camarades, dans un premier temps, pouvez-vous présenter votre entreprise ?

Fédéral Mogul est un équipementier automobile qui emploi 45.000 salariés et qui a un chiffre d’affaire de 6.7 milliards de dollars. L’année dernière le groupe s’est scindé en deux, l’une partie secteur automobile pièce et moteur (power train) et l’autre partie magasin (after market). Notre site fait partie de l’after market. Cette segmentation s’est faite pour pouvoir revendre l’une ou l’autre partie. Fédéral Mogul d’Aubange produit des balais d’essuies glace de A à Z. Cette année, nous sommes 285 travailleurs. En 2012 l’occupation moyenne était de 195 ouvriers et 78 employés.

Au niveau des mandats, la FGTB est majoritaire dans l’entreprise avec au CE 4/1 – CPPT 3/1 et DS 3/1 L’âge moyen des travailleurs est de 49 ans.

Le mardi 11 juin 2013, la direction a annoncé son intention de se séparer de travailleurs. On parle de 46 ouvriers, 20 employés et 30 contrats intérimaires non reconduits. Les chiffres sont-ils exacts ?

La direction nous a effectivement annoncé ce jour là son intention de procéder à un licenciement collectif suivant la loi dite Renault. Et les chiffres que vous avancez sont exacts. Si nous avons des intérimaires aujourd’hui c’est parce qu’il y a quelques mois les volumes de production ont été augmentés. Depuis le mois de décembre 2012 on a en permanence 20 intérimaires, on est à 30 aujourd’hui. Ce ne sont donc pas des travailleurs qui sont embauchés pour un remplacement d’une semaine mais qui sont au sein de l’entreprise depuis des mois. Et tous ces travailleurs risquent de ne plus voir leurs contrats reconduits. Le tout sans aucune indemnité.

Quelle est la position de la délégation MWB par rapport à cette nouvelle ?

C’est un coup sur la tête mais nous n’avons pas été surpris. Nous avions déjà eu des informations ‘par la bande’ à ce sujet voila quelques mois et nous en avions alors informé les collègues. Nous avions interrogé la direction à ce sujet. Cette dernière n’a pas contesté l’information mais n’a pas donné plus d’explications. A partir de ce moment là, la centrale MWB et tout les acteurs possibles pouvant nous aider dans une possible restructuration ont été contactés.

Quand nous avons été appelés par la direction le 11 juin 2013, nous n’avons donc pas été étonnés. Nous avons décidé de ne pas rentrer en conflit pour l’instant. Par contre nous anticipons la suite des évènements de la manière suivante :

-  Des experts de notre centrale nous aident à voir clair dans ce dossier compliqué et travaillent avec nous sur des contre propositions.
-  Nous veillons à informer au jour le jour nos collègues de l’avancée du dossier.
-  Nous travaillons à mobiliser et à rassembler nos forces pour les combats à venir dans le but de préserver le maximum d’emploi.

Dans les médias, les causes avancées de cette restructuration sont l’impact de la crise, l’automatisation de la fabrication et la concurrence accrue ? Qu’en pensez-vous ?

La semaine avant l’annonce, le directeur a annoncé que le carnet de commande était rempli, ce qui est contradictoire avec des licenciements et avec l’argument de la crise ! En ce qui concerne l’automatisation, une machine va arriver et remplacer le travail de 20 Camarades (Pour information l’étude de cette machine a été financée par la Région Wallonne !). A Aubange nous sommes chargés de produire des composants pour la production d’essuies glace. Il y a encore du travail manuel mais nous sommes en concurrence avec d’autres pays comme la Hongrie ou la Chine. Nous arrivons malgré tout à être compétitifs (cela nous arrive de livrer à des Chinois). Il y a quelques temps, l’usine d’Aubange a fabriqué et vendu des machines semi automatiques pour l’usine en Hongrie. Ils ont maintenant nos machines, ils sont moins chers. Pour continuer de produire à Aubange il faut automatiser.

Avez-vous réalisé des actions par rapport à cette annonce de licenciements ?

Pour le moment non mais nous savons et nous pouvons dire qu’aujourd’hui à Aubange on a une force de frappe importante. A chaque fois qu’on a levé la main, tous les travailleurs y compris les cadres ont suivi le mouvement. Quand on fait un piquet devant l’entreprise, personne ne passe et ne souhaite passer, on n’a pas besoin de mettre des barrières devant l’usine. Pour le moment on continue à travailler car nous ne voulons pas fragiliser le site mais l’important est d’avoir une arme efficace à sortir le jour où on en aura besoin (l’ensemble des travailleurs est prêt à débrayer ). A toutes les échelles du groupe la direction est consciente de notre force syndicale. Ils savent que nous sommes prêts à bouger si demain des travailleurs étaient jetés dehors. Avec la restructuration due à l’arrêt de la production des bougies, on a déjà perdu beaucoup de Camarades. Mais nous savons d’expérience que le personnel sait se montrer solidaire.

Comment nous, Camarades et militants, pouvons nous vous soutenir ?

A la MWB, nous avons un système d’entraide qui appelle les travailleurs lors d’actions et de grèves par sms ou par email. Quand une usine est en danger, les autres délégués d’entreprise reçoivent l’information et viennent soutenir le mouvement. Ce système d’entraide pourrait être élargi par exemple. C’est sûr que le jour où on utilisera la force pour négocier nous aurons besoin d’être entourés et soutenus par un maximum de camarades. On parle d’intention de licenciement, nous ne voulons personne sur le carreau, aucun travailleur ne se réjouit de partir de cette entreprise, on utilisera les moyens que l’on a, on ira chercher ce qu’il faudra. On veut préserver tous les conquis engrangés. D’autres réflexions ? C’est un drame qui nous tombe sur la tête. La première chose que l’on va faire c’est de démontrer que c’est une connerie. Décider la suppression de 96 emplois alors que le carnet de commandes est plein et que nous ne sommes déjà pas assez nombreux pour faire face au travail est une ineptie. Cela veut dire que la charge de travail de chacun va être encore augmentée. On ne sait pas où cela va s’arrêter et qui va pouvoir tenir la distance sur ce type de poste. Les choses vont s’accélérer au dernier trimestre de cette année et nous devrons alors tous bouger. Nous sommes prêts.

- 

L’équipe syndicale ouvrière MWB de Fédéral Mogul est constituée de Serge Giordano, Mario Bonis, Franck Toulmonde, Sonia Marlaire, Vincent Jordens, Chantal Wanlin, Jacky Richard, Christophe Couvert, Claudy Morette, Pascal Costard, Stéphane Martin, Serge Meyers, Pascal Lana. Au niveau employés Setca : Jean Marc Ciannarella, Christelle Decouleur, Ghislain Balon. (CE, CPPT, DS effectifs et suppléants).Nous les remercions et les assurons de notre soutien pour leurs combats à venir.

Voici maintenant quelques mots de Serge Carême, Secrétaire MWB FGTB Liège Luxembourg :

« Dans le secteur MWB métal de notre province, nous avons un amoncellement d’autres nuages. Notamment chez Devilca S.A. à Paliseul (80 personnes) qui dépend à 90 % de Caterpillar. Ils en sont à 13 semaines de chômage depuis 2 ans. La situation est aussi difficile chez CMI Defense à Aubange où nous sommes en attente d’un gros contrat militaire qui pourrait donner aux 65 travailleurs du boulot pour 5 ans. Enfin, Pierret System S.A. à Transinne est victime d’une concurrence infernale et déloyale avec l’arrivée massive sur nos marchés de fenêtres venant des pays de l’est. Là, 350 travailleurs sont concernés. Nous sommes étouffés socialement et économiquement. Tout cela doit nous faire prendre conscience de la situation, nous rendre encore plus solidaires et combatifs ! ».

Portfolio

Les Camarades de Fédéral Mogul